Régisseur de fonctionnement, vous connaissez?

Le mercredi 17 avril nous avons pu rencontrer François Faroux, régisseur adjoint du fonctionnement. Capture.PNG 1.PNG

Ambre : En quoi consiste votre travail sur le Printemps ?

Je suis adjoint à la régisseuse du Printemps de Bourges. Concrètement, on se charge de tout le personnel au niveau de la sûreté et de la sécurité : les contrôles d’accès, les billets craqués,... On donne aussi des accréditations pour les riverains ou les personnes travaillant à proximité du festival. Pour résumer, on s’occupe de tout le personnel qui n’est ni dans la technique, ni dans l’artistique. On est les vestes bleue et ça représente entre 500 et 600 personnes.

Ambre : Y-a-t-il des différences majeures entres les scènes du Printemps, par exemple entre le W et la scène Séraucourt ?

Je m’occupe plus des salles que des scènes mais il y a la taille qui varie, le nombres de personnes qu’on y engage et le type d’artistes. Il y a des salles où on travaille sur l’émergence, d’autres où ce sont des headliners (ndlr : têtes d'affiches) comme le W, mais aussi des salles où ce sont des artistes connus qui font des spectacles inédits pour le Printemps.

Ambre : Est-ce que certains artistes ont des exigences majeures ou de drôles de demandes ?

Je ne travaille pas trop dans ce domaine mais oui, j’en connais qui font des demandes un peu bizarres. Mais maintenant c’est devenu assez rares même les plus gros rappeurs ne font plus ce genre de requêtes. Ca existe toujours mais ce sont les artistes plus grands qu’on ne peut pas accueillir ici comme Beyonce. Ici, on n'a pas à repeindre les loges en blanc ou rose comme je l’ai déjà vu dans d’autres festivals !

Laurie : Quel a été votre parcours ?

J’ai commencé dans une toute petite salle à Grenoble : L’Ampérage. Je faisais de l’associatif. Ensuite j’ai fait une formation qui s’appelle Les Formations d’Issoudun. On devait faire un stage. D’ailleurs, j’ai encore des stagiaires cette année. Je me suis fait engager au Printemps juste après les formations, mais j’ai fait plusieurs métiers de régisseurs. Actuellement je suis "régisseur fonctionnement", c’est-à-dire que je m’occupe des ressources humaines mais je suis aussi en tournée avec le rappeur marseillais SCH, et le groupe Bon entendeur qui est un groupe électro, et assistant directeur technique sur un autre festival. A la rentrée, je vais m’occuper de la tournée de Ninho. Je m’occupe de pleins de choses différentes ; c’est ça l’avantage de ce métier : un jour on peut être en tournée, le lendemain être sur un festival et après être dans une salle à Paris avec des groupes. C’est jamais vraiment le même métier, on peut accueillir des groupes, on peut venir avec des groupes, on peut être sur les festivals, etc. Rien qu’ici, il y a un régisseur de site, un régisseur de salle, quelqu’un qui s’occupe de la scène et un autre qui gère l’accueil des artistes et on est tous des régisseurs, mais on n'a pas du tout les mêmes fonctions. Dans le parcours, il y a généralement des formations mais on apprends surtout au fur et à mesure des expériences. On commence petit, puis petit à petit on apprend de nouvelles choses et on continue jusqu’à faire des zéniths, des arénas ou de gros festivals.

Laurie : Quel a été votre pire souvenir sur le Printemps ? Et le meilleur ?

Mon pire souvenir, c’est quand j’étais stagiaire : je dormais dans ma voiture parce que le gîte était trop loin et il a plu tout les jours. C’est mon pire souvenir mais à la fois le meilleurs puisque ça me rend un peu nostalgique. Sinon, il y a un concert de Birdy Nam Nam , il y a quelques années qui a été assez exceptionnel.

Ce que j’aime aussi dans ce festival, c’est que c’est un lieu de rendez-vous de professionnels.

Cela permet de voir plein de monde, des copains qu’on n'a pas forcément l’occasion de voir dans l’année. C’est aussi ça Bourges, le fait de croiser les copains à un seul endroit et tous en même temps !

Laurie : Qu’est-ce qu’on peut vous souhaitez pour cette édition 2019 ?

Que tout fonctionne ! Je m’occupe du personnel donc qu’il fasse beau parce s’il ne pleut pas les gens ne tombent pas malades et donc pas besoin de les remplacer, que ça se passe bien pour eux. Après c’est pas ce qu’on peut me souhaiter à moi mais au festival, c’est-à-dire qu’il soit bien rempli et que les gens s’amusent .

Lucie : Et pour conclure, ça fait combien de temps que vous travaillez sur le Printemps ?

Cela fait 7 ans que je suis salarié, plus mon stage, donc environ 8 ans.

LAL (Laurie, Ambre, Lucie)

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://pedagogie-m2navarre.net/m2news/index.php?trackback/11

Fil des commentaires de ce billet